jeudi 31 octobre 2019

PS : je ne t'ai jamais dit - Brigid Kemmerer [Elise]



Young Adult

VF Lu en VF
VO More than we can tell
1E Narrateur: 1ière personne
2P Nombre Narrateurs: 2 personnages
NNE One-Shot


Resume
Ils cherchaient des réponses. Ils se sont trouvés.

Emma a créé un jeu vidéo. C'est un oasis où elle se réfugie chaque jour. Même si un joueur la harcèle en ligne.

Rev pensait avoir réussi à fuir son passé. Pourtant une lettre de son père ravive ses souvenirs et réveille ses vieux démons.

Ces deux lycéens, que tout oppose, se rencontrent au détour d'un chemin. Commence alors une relation inattendue.

Mais les secrets ont un prix. Et ceux de Emma et Rev pourraient bien tout gâcher ...


J’attendais ce roman avec tellement d’impatience que j’ai foncé dessus à sa sortie ! Il faut dire que “PS : tu me manques” avait été un énorme coup de coeur, se hissant dorénavant parmis mes romans Young Adult préférés. Malheureusement, j’ai été déçue. Est-ce parce que j’avais mis la barre trop haute ?

Toujours est-il que j’ai trouvé que l’auteure s’était éparpillée sur beaucoup de sujets : le cyberharcèlement, la maltraitance, la religion, le sexisme ou encore le divorce. Le thème du cyberharcèlement et celui du sexisme étaient intéressants. Ce n’est pas souvent dans la littérature que l’on met en garde les adolescents contre les dérives d’Internet et des rencontres malencontreuses que l’on peut y faire. L’auteure montre également très bien le sexisme : “T’es une fille donc t’as rien à faire sur un jeu vidéo”. Elle évoque également le sexisme au sein des écoles de médecine et c’est un aspect de l’histoire que j’ai trouvé très intéressant. Le thème de la maltraitance quant à lui a déjà été maintes et maintes fois évoqué dans la littérature. Elle montre les traumatismes qui résultent d’une enfance maltraitante. Je trouve que le thème de la maltraitance ajoutait beaucoup de pathos à l’histoire et je pense que l’auteure aurait dû se focaliser sur un seul thème : le cyberharcèlement.

D’ailleurs, le résumé nous annonce la couleur : Emma a créé un jeu vidéo et elle se fait harceler par un inconnu en ligne. Avec ça, il y avait de quoi faire pour bâtir un roman avec une intrigue haletante : mais qui est donc ce mystérieux harceleur ? Que lui veut-il ? Dès le début du roman j’ai émis des hypothèses, allant jusqu’à accuser l’entourage d’Emma. J’étais vraiment à fond mais j’ai vite déchanté quand j’ai compris que finalement l’auteure n’en avait pas fait le sujet principal. Au final, comme je l’ai dit précédemment, l’auteure a voulu s’éparpiller sur trop de thèmes différents et c’était trop.

A ce titre, il y a une scène que j’ai trouvé totalement inutile concernant le personnage de Declan de "PS : tu me manques". Je veux bien revoir les personnages du tome précédent, c’est sympa mais pour moi cette scène n’avait pas sa place au milieu de l’histoire de Emma et Rev. Ca ne faisait que prolonger l’histoire et j’avais l’impression que l’auteure s’éparpillait vraiment sur des choses qui n’avait pas lieu d’être. Mince, moi je voulais savoir qui était ce mystérieux C0chemar qui harcelait Emma depuis le début. In fine, la révélation n’est pas dingue. L’auteure nous balance un nom sans explication alors que je m’attendais à une révélation sensationnelle sur un personnage dans l’entourage d’Emma (j’ai vraiment accusé tout le monde). Au final, je me rends compte que j’ai cherché des indices là où il n’y en a jamais eu et finalement, même si ce roman permet de sensibiliser aux dangers d’Internet, je pense qu’il y a d’autres romans sur ce sujet qui seront plus percutants.

Pour vous dire, j’ai terminé le roman hier et la fin n’est tellement pas marquante que je ne m’en souviens plus. Le seul vrai rebondissement dans le roman arrive à 50 pages de la fin (sur un livre de tout de même 442 pages) et même ce rebondissement je l’ai trouvé too much. Il m’a laissé de marbre, tout simplement.

Le personnage d’Emma est souvent agaçant. Elle embrasse le personnage principal masculin, lui envoie des coeurs par SMS mais par derrière elle va dire à un autre mec : “C’est juste un ami pour moi".

Après, je n'enlèverai pas à Brigid Kemmerer que ses histoires sont toujours très addictives. J'ai quasiment englouti 140 pages en une soirée, me couchant à 1 heure du matin. J'avais déjà eu cette sensation d'addictivité avec "PS : tu me manques". C'est un point fort de la plume de Brigid Kemmerer.

En conclusion, un roman dont j’attendais la traduction française avec impatience mais que j’ai trouvé décevant. Des sujets intéressants pour sensibiliser les adolescents sur des thèmes d’actualité : le cyberharcèlement et le sexisme entre autres. Malheureusement, je pense qu’il y a d’autres romans sur ce thème qui vous laisseront un souvenir plus marquant que celui-ci.

dimanche 27 octobre 2019

Les Brumes de Cendrelune, Tome 1 : Le jardin des âmes - Georgia Caldera [Elise]



Dystopie

VF Lu en VF
VO Les Brumes de Cendrelune
1E Narrateur: 1ière personne
2P Nombre Narrateurs: 2 personnages
NE Suite: Les Brumes de Cendrelune, Tome 2


Resume
Dans le royaume de Cendrelune, les dieux épient les pensées des hommes, et leur Exécuteur, l’Ombre, veille à condamner tous ceux qui nourriraient des envies de rébellion.

Or, il semble que certaines failles existent. À l’âge de 17 ans, Céphise ne vit en effet que pour se venger. Depuis qu’on l’a amputée d’une partie d’elle-même et privée de sa famille, elle ne rêve plus que d’une chose : s’affranchir de la tyrannie du tout-puissant Orion, Dieu parmi les dieux. Et contre toute attente, il se pourrait qu’elle ne soit pas seule...


Quel talent. Contrairement à ce que la couverture pourrait laisser penser, “Les brumes de Cendrelune” n’est pas du steampunk, c’est une dystopie qui se passe des années (voire des siècles après notre ère).

Dans ce futur, ce sont les dieux qui règnent sur les humains. En effet, ils sont descendus sur Terre pour remettre de l’ordre car l’Homme n’a été bon qu’à semer le chaos perpétuellement à coup de guerres mondiales. Pour faire régner la paix, Orion, le dieu des dieux fait exécuter par l’Ombre (premier Exécuteur) toutes les personnes qui auraient des pensées insurrectionnelles ou des envies de rébellion. En effet, les dieux ont accès aux pensées des humains et peuvent ainsi exécuter ceux qui représentent une menace pour l’équilibre du royaume de Cendrelune.

J’adore lire des dystopies et je dois dire que celle-ci est vraiment très bien réussie. Georgia Caldera a le don de nous plonger dans ses univers d’une façon incroyable et ce, dès le prologue ! Dans ce futur nous rencontrons Céphise et Verlaine nos deux personnages principaux dont nous avons des chapitres alternés. La particularité, c’est qu’il y a aussi le point de vue de personnages secondaires comme Héphaïstos ou encore Lorien et Proserpine. La construction de ces chapitres est intéressante car ceux du point de vue de Céphise et Verlaine (nos personnages principaux donc) sont écrits à la première personne du singulier alors que ceux des personnages secondaires sont écrits à la troisième personne du singulier.

« Je détestais peut-être les humains, mais certainement pas autant que je me détestais moi-même. »


En ce qui concerne les personnages secondaires justement, j’ai eu un gros coup de coeur pour Héphaïstos alors qu’on le voit très peu finalement. C’est typiquement l’archétype du “méchant au bon fond” et je me suis surprise à l’aimer davantage que nos personnages principaux Céphise et Verlaine. J’ai plus de choses à reprocher à Céphise que j’ai trouvé agaçante à toujours aller dans l’affrontement plus que dans la réflexion. Verlaine rattrape Céphise dans le sens où c’est un personnage pour lequel on va ressentir de la pitié. La révélation qui le concerne nous plonge dans une frénésie de lecture.

Il est très intéressant de voir les différences entre le royaume futuriste de Cendrelune et notre monde. A Cendrelune, les livres sont des objets étranges qui racontent l’histoire ancienne (qui correspond finalement à notre époque actuelle). Les habitants ne connaissent pas par exemple les pommes, les carottes ou même encore les roses. A Cendrelune, il n’y a pas de cimetières comme nous avons à notre époque. Dans ce futur, les cimetières ont disparu, les corps des défunts sont brûlés dans une cheminée qui disperse ensuite une “pluie de cendres” sur Cendrelune (et le nom du royaume prend ainsi tout son sens …). Cela manque peut-être un peu de détails sur la façon dont les habitants vivent et se nourrissent car s’ils ne connaissent pas les légumes que nous mangeons aujourd’hui, de quoi se nourrissent-ils ? En fait, les aliments de notre époque de leur sont pas familiers. Ils les voient à travers des images dans des vieux livres.

En conclusion, même si j’aurais souhaité davantage de détails sur les habitudes de vie des habitants de Cendrelune, il n’en reste pas moins que c’est une dystopie de très grande qualité que je vous recommande chaudement car en plus elle est l’oeuvre d’une auteure française ! Mon crush restera toujours Héphaïstos et j’aimerais vraiment qu’une place plus importante soit accordée à ce personnage dans la suite !

Serpent & Dove - Shelby Mahurin [Blandine]



FantaisieYoung Adult

VO Lu en VO
NVF Non traduit
1I Narrateur: 1ière personne
2P Nombre Narrateurs: 2 personnages
NE Suite: Blood & Honey


Resume
Bound as one to love, honor, or burn.

Two years ago, Louise le Blanc fled her coven and took shelter in the city of Cesarine, forsaking all magic and living off whatever she could steal. There, witches like Lou are hunted. They are feared. And they are burned.

Sworn to the Church as a Chasseur, Reid Diggory has lived his life by one principle: thou shalt not suffer a witch to live. His path was never meant to cross with Lou's, but a wicked stunt forces them into an impossible union—holy matrimony.

The war between witches and Church is an ancient one, and Lou's most dangerous enemies bring a fate worse than fire. Unable to ignore her growing feelings, yet powerless to change what she is, a choice must be made.

And love makes fools of us all.


English Review


Do you like good and bad witches ? Do you fancy difficult romance ? If you do, then this book is made for you, just as he was for me !
In this fantasy novel, two castes are in war. On one side, the witches born with their power, are hiding themselves to survivre. On the other hand, the Chasseur, raised by the Church to find and burn the witches that pose a threat to the realm and the kind. In this established war, Reid and Louise are in the opposite side… and they will have to learn to live with each other. Indeed, they will become husband and wife against their will.

Louise is a witch that left a coven years ago, and that survive by stealing. Reid is a Chasseur that has been raised by the Church and is very dedicated to his mission. I love the fact that compared to most of the books, the role are reverse in this couple. Reid is the prude one, shocked by the behaviour of her wife, while Louise is the one that cuss and live outisde of the society rules. The fact that they will have to learn to live with each other while not wanting it, give us some funny scenes to read.

The prejudices about the other side are strong for both of them, but what they will learn during the novel will make they change their mind. It will be harder for Reid because his convictions are carves deep in him. I like the way the author give us only small elements about the general story during her book. She doesn’t say too much, but enough to keep us entertained during our read. The novel is ponctuated by action, but the author also give us some time to take our breath with scene between Louise and Reid. I love that their romance is complicated and wasn’t love at first sight, but I also like to see their feeling grown up for each other, each in their own way.

To finish, I like the magical system of the witched, and the fact that the author give us both type of witches. I am looking forward to discover the other one in the second book of the serie.


Vous aimez les sorcières ? Les romances complexes vous plaisent ? Ce livre vous plaira surement autant qu'à moi.
Dans ce roman fantastique fractionné, nous allons découvrir deux personnages appartenant aux deux “castes” qui se font la guerre depuis des années. D’un côté les sorcières, dotés de pouvoirs magiques par naissance, elles sont obligées de se cacher pour survivre car traquées par les chasseurs. Ces derniers sont des disciples de l’Eglise, entraînés pour tuer ces êtres démoniaques qui veulent détrôner la monarchie actuelle afin de prendre le pouvoir.
Les deux castes ont énorméments de préjugés les uns sur les autres, des croyances ancrés depuis des années, qui leur ont fait oublié la véritable cause de leur désaccords.

« I never said it was your god. Your god hates women. We were an afterthought. »


Au milieu de cette guerre où les sorcières meurent sur le bûcher, et le peuple devient le pantin des sortilèges de ces dernières, Louise et Reid vont se retrouver sur le chemin l’un de l’autre, et vont devoir cohabiter de force.
Louise a fuit son coven à son plus jeune âge, et l’autrice nous laisse d’abord dans le flou quant aux causes de son départ. Elle cache sa véritable nature de sorcière et survit en réalisant de petits larcins. De l’autre, Reid est un chasseur gradé qui a été élevé par l’Eglise et à voué sa vie à tuer les sorcières. Par un concours de circonstance, Reid et Louise vont être forcés à se marier, et vous imaginez que cette cohabitation ne va pas être facile. Reid ne connaît pas d’abord la véritable nature de son épouse, cependant leurs caractères son si différents, qu’il a bien du mal à la supporter.

« There are some things that can't be changed with words. Some things have to be seen. They have to be felt. »


Louise est pleine de fougue, d’envie de vivre pleinement sa vie, même si pour cela elle ne la vit pas dans les règles imposés par le société. Elle jure, fait des allusions aux plaisirs de la chair, et a toujours un tour dans son sac. J’ai adoré son besoin d’action et les mauvais tours qu’elle va faire vivre aux chasseurs. L’autre tour de force de l’autrice, c’est de nous donner un Reid très prude, et choqué par les dires de Louise. Il est plutôt rare que ce soit le personnage masculin qui soit plus réservé dans ce genre de romance, d’habitude c’est plus souvent la jeune femme qui a vécu dans les codes de la société imposés par ses parents, et le jeune homme dépravé. Ce fut donc un véritable plaisir de découvrir un Reid bercé par les croyances de l’Eglise, respectueux de ses enseignements, et ainsi si sidéré par le comportement de son épouse. Cela a donné naissances à plusieurs scènes drôles à lire.

« Maybe men can learn a thing or two from women. »


Dès les premières lignes, l’autrice nous plonge dans son roman en nous offrant de l’action. Elle nous dévoile les éléments clés de l’histoire au fur et à mesure, et ne perd pas le temps dans les fioritures en allant à l’essentiel. Les rebondissements s'enchaînent, détruisants les préjugés que les chasseurs et les sorcières peuvent avoir les uns sur les autres. Là encore, la réaction de Louise et Reid est différente faces à ses réactions. Reid a bien plus de mal à les entendre car il est dévoué à sa mission et ses convictions sont bien plus ancrés que celles de Louise qui n’a pas fuit les sorcières par plaisir.
Le système magique est très intéressant, et différent de ce que j’ai pu lire dans d’autres romans. Il existe deux types de sorcières, et bien que le livre soit concentré sur un type d’entre elles, je pense que la suite nous en apprendra plus sur les autres.

Pour finir, la romance est parfaite, et juste comme je les aime ! Elle est certes très prédictible mais pas de love at first sight pour les deux parties. Les deux personnages vont devoir apprendre à vivre ensemble, et cela à donner lieux à plusieurs situations plutôt marrantes. ils vont chacun de leur côté essayés de se rebeller face à ce destin imposés à eux, de quoi satisfaire mon amour pour les romances complexes.

Ce que je peux vous dire pour conclure cette chronique, c’est de foncer lire ce livre !

Un jour en décembre - Josie Silver [Elise]



Contemporain

VF Lu en VF
VO One day in December
1E Narrateur: 1ière personne
2P Nombre Narrateurs: 2 personnages
NNE One-Shot


Resume
Laurie est presque sûre que le coup de foudre n'existe que dans les films. Mais un jour de neige en décembre, à travers la vitre embuée d'un bus londonien, elle aperçoit un homme. Leurs regards se croisent... Et le bus redémarre. Certaine qu'ils sont voués à se retrouver, Laurie passe une année à scruter les coins de rue, les arrêts de bus et les cafés. Sans succès.

Jusqu'à ce soir de Noël où sa meilleure amie et colocataire lui présente le nouvel homme de sa vie, celui qui l'a convaincue d'abandonner les histoires d'amour éphémères... Jack, l'homme du bus. Dix ans de chassé-croisé, de déchirures, de retrouvailles et d'occasions manquées commencent alors pour Laurie et Jack.

Traduit dans trente langues, un roman poignant et lucide sur l amitié et l amour, les choix que l'on fait et les rêves que l'on a, qui a fait vibrer près d un million de lecteurs à Noël dernier.

LE COUP DE CŒUR DE REESE WITHERSPOON ! « Préparez-vous à être emportés dans le tourbillon d'une incroyable histoire d'amour. J'ai été complètement charmée. »


COUP DE CŒUR. “Un jour en décembre” est sans conteste ma meilleure lecture du mois d’octobre. Cette histoire a fait fondre mon coeur comme un flocon de neige à la lueur du Soleil.

Ce roman a également une saveur particulière car il s’agit de mon premier chez les éditions Charleston. Je ne pouvais pas passer à côté de ce phénomène traduit dans trente langues, coup de coeur de l’actrice Reese Witherspoon et des lectrices Charleston (je remercie tout particulièrement Alexandra du blog “La bibliothèque des rêves” pour cette découverte) !

“Un jour en décembre”, ce n’est pas un livre. C’est un savoureux film de Noël qui se déroule sous nos yeux. Ne vous y méprenez pas, il ne s’agit pas là de l’un de ces nombreux films à l’ambiance guimauve où le père-noël va venir toquer à votre porte et vous embarquer dans son traineau volant avec une musique douce en fond. Non, “Un jour en décembre”, c’est l’histoire de Laurie et Jack, deux êtres qui se sont rencontrés et aimés au mauvais moment de leur vie.

« Mais je lui ai aussi dit que, parfois, même si c'est rare, certains chemins se croisent à nouveau. Et quand cela arrive, il faut garder l'autre dans sa vie pour toujours. »


Il a suffit d’un regard pour qu’ils tombent éperdument amoureux l’un de l’autre. Pourtant, un problème de taille se dresse entre eux : Jack n’est nul autre que le compagnon de la meilleure amie de Laurie … *gloups*

Commence alors un chemin long de 10 ans ponctué de chassés-croisés et d’occasions manquées. Quand l’un est en couple, l’autre demeure désespérément célibataire avant que les situations ne s’inversent. Les occasions sont là mais aucun ne saisit sa chance.

C’est un roman qui réchauffe le coeur en abordant des thèmes comme l’amour, l’amitié ou encore l’importance de la famille. La fin est celle de tout bon téléfilm de Noël qui se respecte même si j’aurais souhaité que Josie Silver nous propose un épilogue car j’ai été tout de même frustrée de ne pas en voir plus après avoir attendu “10 ans” avec eux.

La force également de ce roman, ce sont ses chapitres très courts. Ceux qui nous font dire : “Allez, encore un chapitre et au dodo” mais finalement, quand on relève les yeux, il est déjà 1 heure du matin et on se force, à contrecœur, à reposer sa lecture pour aller se coucher.

Avec le succès retentissant qu’a eu ce roman et sa trame très cinématographique, j’ai bon espoir (et je croise tous mes doigts) pour que l’histoire de Laurie et Jack soit adaptée sur grand écran.

Un indispensable à avoir dans sa pile à lire cet hiver !

lundi 21 octobre 2019

Un bonheur imparfait - Colleen Hoover [Elise]



New AdultRomance

VF Lu en VF
VO All your perfects
1E Narrateur: 1ière personne
2P Nombre Narrateurs: 2 personnages
NNE One-Shot


Resume
Graham et Quinn sont tombés profondément amoureux il y a sept ans. Après une rencontre improbable, ils ont vite compris qu'ils étaient faits l'un pour l'autre. Et puis ils se sont mariés et ont commencé à parler de fonder une famille.

Les mois, les années ont passé et Quinn et Graham ne sont toujours que deux et leur couple semble s'effriter un peu plus chaque jour. Le désir de Quinn de devenir mère est devenue une obsession qu'elle n'est plus très sûre que Graham partage totalement. Leur relation se distend et ils semblent de moins en moins se comprendre.

Est-ce que l'amour même quand il est aussi fort peut mourir quand les épreuves se multiplient ou au contraire peut-il en sortir renforcé ?


Que d'émotions. Que de larmes.

Avec "Un bonheur imparfait", Colleen Hoover frappe encore très fort en abordant un sujet sensible : l'infertilité au sein d'un couple. L'auteure traite ce sujet avec tant de sensibilité et de réalisme que ça en devient frappant. On s'afflige de toutes ces remarques et questions condescendantes du genre : "Alors le bébé c'est pour quand ?". L'être humain oublie souvent que certaines personnes mènent des combats invisibles et que l'on ne peut pas se permettre de rentrer dans l'intimité des gens. On ne pose pas ce genre de questions à un couple car nous ne sommes pas dans son intimité.

Il y a aussi cette surexposition sur les réseaux sociaux qui peut blesser les femmes qui n'arrivent pas à avoir d'enfants car elles se retrouvent envahient par des stories de mamans qui se "plaignent" que leur enfant ne fasse pas encore ses nuits ou encore celles qui annoncent une fausse grossesse le 1er avril ... Tout ça, Colleen Hoover le décrit et je reconnais tellement ces situations car elles sont réelles. Moi même j'ai déjà vu passer dans mon fil d'actualité sur Facebook une fausse annonce de grossesse le 1er avril et sur le coup je n'ai pas réalisé que ça pouvait heurter des femmes qui souhaitent devenir mères.

« – Mettez vos défauts en lumière, et ils éclaireront toutes vos perfections. »


Attention cependant à ne pas interpréter de travers : Colleen Hoover ne dit pas qu'avoir un enfant est le but ultime d'une femme ! Elle raconte l'histoire d'une femme qui ne se sent pas accomplie si elle n'a pas d'enfants dans sa vie mais le message qui reste de ce livre en tournant la dernière page c'est qu'on peut être heureux, avec ou sans enfants. On peut être heureux de différentes manières et se sentir accompli. Voilà le message que transmets l'auteure et j'ai trouvé ça très beau.

Ce roman est dur psychologiquement. J'ai versé des larmes à quelques reprises, que ce soit face aux épreuves que le couple traverse ou bien les déchirures de deux êtres qui se sont aimés comme des fous, qui s'aiment encore mais qui n'arrivent plus à communiquer.

J'ai aimé l'idée de la petite boîte en bois qui agit comme une sorte de thérapie de couple. J'ai apprécié également l'alternance des passages "Avant" et "Maintenant". Au final, je me pose encore des questions quant à l'interprétation à avoir des passages "Avant".

« Je m’entraîne à sourire devant le rétroviseur ; avant, ça me venait naturellement, désormais ce n’est qu’une façade. »


Mon seul regret vis-à-vis de ce livre, c'est l'absence de dédicace, de note d'auteur ou encore de remerciements de la part de Colleen Hoover. En effet, j'aurais aimé savoir les raisons pour lesquelles elle a écrit sur ce sujet (elle l'avait fait pour "Jamais plus") et qu'elle explique aussi la petite référence à "Finding Cinderella".

En effet, dans l'épilogue de "Un bonheur imparfait", il y a une référence à "Finding Cinderella" et je pense qu'il faut y voir plus qu'une simple référence. Pour le coup, ceux qui ont lu "Finding Cinderella" comprendront et verront que l'auteure a laissé une ouverture possible. Libre à chacun de se faire sa propre interprétation mais j'ai trouvé ça en tout cas bien joué de la part de l'auteure d'avoir glissé ça incognito dans le roman ! Cela donne un petit bonus aux fans qui suivent assidument toutes ses parutions car l'interprétation que l'on a de la fin de "Un bonheur imparfait" se trouve totalement changée. Un coup de génie !

mardi 15 octobre 2019

Magnolia Sword - Sherry Thomas [Blandine]



FantaisieYoung Adult

VO Lu en VO
NVF Non traduit
1I Narrateur: 1ière personne
1P Nombre Narrateurs: 1 personnage
NNE Standalone


Resume
CHINA, 484 A.D.

A Warrior in Disguise
All her life, Mulan has trained for one purpose: to win the duel that every generation in her family must fight. If she prevails, she can reunite a pair of priceless heirloom swords separated decades earlier, and avenge her father, who was paralyzed in his own duel.

Then a messenger from the Emperor arrives, demanding that all families send one soldier to fight the Rouran invaders in the north. Mulan's father cannot go. Her brother is just a child. So she ties up her hair, takes up her sword, and joins the army as a man.

A War for a Dynasty
Thanks to her martial arts skills, Mulan is chosen for an elite team under the command of the princeling--the royal duke's son, who is also the handsomest man she's ever seen. But the princeling has secrets of his own, which explode into Mulan's life and shake up everything she knows. As they cross the Great Wall to face the enemy beyond, Mulan and the princeling must find a way to unwind their past, unmask a traitor, and uncover the plans for the Rouran invasion . . . before it's too late.

Inspired by wuxia martial-arts dramas as well as the centuries-old ballad of Mulan, The Magnolia Sword is perfect for fans of Renee Ahdieh, Marie Lu, or Kristin Cashore--a thrilling, romantic, and sharp-edged novel that lives up to its beloved heroine.


English Review


When I first heard about Magnolia Sword, I wasn’t sure I was going to read this Mulan retelling, because I was afraid to be disappointed by this book. However, I finally read it, and it was a great surprise, even if it wasn’t the book of the year for me.

Since the beginning of the book, we can find a lot of similarities with the original tale, but then the author creates her own universe and gives new purposes to the characters. I liked to discover a new story based on a known one. Mulan is a really interesting character because she is passing for her dead twin brother, and she is going to war because no male in her family can go there, but she is always torn between her duty and the desire to be herself, and to be recognized by others for who she is. The other characters were also really interesting because as they came from different castes in the hierarchy, they gave us a new view of the story. Some of them reminds me of the original characters, like Chien-Po and Yao.
And then of course, there is Kai. He is protective towards Mulan, but he also shows her his weaknesses, and that makes him even more human.

The beginning of the book was really great, and I dived into it pretty fast. There isn’t a lot of action and battles, everything is based on power game, doubts and treason. It was interesting to understand the society and how these power games were working at this time. The romance is also in the background and really slow, but it’s similar to the original Mulan tale, so I liked it even more.
My greatest deception was when the true identity of Mulan is revealed to her comrades. I was waiting for more outrage and deception from her fellows, but there were none of them. It was a little like it was something normal to see a girl in the army.

However, this book was a great read and I am happy to have it in my shelves. Mulan fans, don’t hesitate to read it ;)


Magnolia Sword est un livre que j’ai d’abord hésité à lire, par peur d’être déçue d’une nouvelle réécriture de Mulan bien trop éloignée du conte de mon enfance. J’ai fini par me lancer, et bien que je ne ressorte pas de cette lecture subjuguée, je l’ai appréciée.

Les codes de Mulan sont bels et bien là, et on les retrouve rapidement au cours du livre, ce qui m’a permis de me plonger dans ce dernier assez rapidement. Mulan est une jeune femme qui a été élevée par son père aux arts martiaux, et qui va devoir partir à la guerre en se faisant passer pour un homme, car aucun homme valide ne peut représenter sa famille. La première chose que j’ai appréciée, c’est le fait que bien que l’on retrouve des traces de l’histoire originelle, l’autrice se permet aussi de prendre ses distances, et de nous offrir une tout autre histoire.
Il y a eu un énorme travail autour de la culture chinoise et Xianbei. Certains termes sont souvent utilisés, et contribuent à cette immersion, tout comme la description des paysages, et du fonctionnement de la hiérarchie sociale de l’époque.

« Are elderly women easier to fool than seven-year-olds? Which one wants more desperately to believe that a loved one will return against all odds? »


Mulan est un personnage très intéressant. Elle se fait passer pour son frère jumeau mort des années plus tôt, et elle est sans cesse tiraillée par son devoir envers sa famille, et son envie de se montrer aux autres pour ce qu’elle est. Pourquoi les autres, et en particulier son père, ne pourraient pas l’aimer pour sa féminité tout comme sa maîtrise des arts martiaux. D’autres personnages vont aussi se mêler à l’histoire, chacun d’une personnalité et d’un passé différent. J’avais l’impression de retrouver Yao et Chien-Po dans certains d’entre eux, et cela ne pouvait que me plaire. Et puis il y a Kai (aka Li Shang). Vaillant, mais à la fois protecteur envers Mulan, et démontrant plusieurs fois ses faiblesses à cette dernière. J’ai aimé que l’autrice n’en fasse pas un homme sans failles, ce qui m’a d’autant plus permis de croire en son passé qui l’a tant marqué.

Le début du roman m’a énormément plu, et je me suis rapidement sentie en phase avec ce dernier. Il y a peu d’action en tant que tel, tout se base plutôt sur des jeux de pouvoirs et de trahison car l’ennemi se rapproche, mais personne ne sait comment il a obtenu les informations nécessaires pour se rapprocher autant de la capitale. La romance est parsemée au cours du roman, tout comme elle l’est dans le conte original.
La véritable déception pour moi a été la découverte de la véritable identité de Mulan par ses camarades. Je m’attendais à beaucoup plus de polémique et de déception de la part de ces derniers, or ici elle est passée crème, comme si de rien n’était…

Ce roman fut cependant une bonne lecture, et je le recommande à tous les fans de Mulan !

dimanche 13 octobre 2019

The Beckoning Shadow - Katharyn Blair [Blandine]



FantaisieYoung Adult

VO Lu en VO
NVF Non traduit
1I Narrateur: 1ière personne
1P Nombre Narrateurs: 1 personnage
NE Suite: Sans titre


Resume
Vesper Montgomery can summon your worst fear and turn it into a reality—but she’s learned the hard way that it’s an addicting and dangerous power. One wrong move and you could hurt someone you love.

But when she earns a spot in the Tournament of the Unraveling, where competitors battle it out for a chance to rewrite the past, Vesper finally has a shot to reverse the mistakes that have changed her forever. She turns to Sam Hardy, a former MMA fighter who’s also carrying a tragedy he desperately wants to undo. However, helping heal Sam’s heart will mean breaking her own, and the competition forces her to master her powers—powers she has been terrified of since they destroyed her life.


Ce livre m’a tout de suite séduit par sa couverture blanche et violette, et son résumé, nous parlant d’une jeune femme mal dans sa peau, et dont les pouvoirs pouvait heurter ceux qu’elle aimait. Non, non, je ne suis pas sadique et n’aime pas voir les personnages souffrir, mais ce synopsis nous promettait un combat intérieur, des relations tumultueuses, et une quête de soi.

Sachez que ce livre a tenu pour moi toutes ses promesses. On plonge rapidement dans cet univers dystopique, où certains humains ont développés des pouvoirs surhumains. L’autrice arrive dans ce standalone à nous faire comprendre l’atmosphère pesante qui pèse sur ces personnes qui essaient non sans mal, de cacher leurs pouvoirs aux Baselines, les personnes qui n’ont pas de pouvoir. Il règne en effet un sentiment de peur envers les Wardens, qui contrôlent les être magiques et tuent ceux qui osent exposer leur magie.

Ce roman a beau être un premier tome, l’autrice prend assez de temps pour poser le contexte de son histoire afin de ne pas nous laisser avec de multiples questions, sans pour autant ne pas nous nourrir d’un peu d’action. Le mélange d’action et de moments d’introspection de la part des personnages, est savamment dosé afin de ne pas perdre le lecteur.
J’ai tout de suite accroché avec les personnages. Dans cet univers sombre, Vesper est une ombre qui a peur d’elle-même. Ses pouvoirs, lui permettant de donner vie aux peurs les plus sombres de son entourage, sont pour elle une malédiction. Elle ne les contrôle pas, se sent submergées par ces derniers et à l’impression qu’elle n’est vouée qu’à faire le mal autour d’elle. J’ai aimé le combat intérieur de ce personnage. Elle ne devient jamais une jeune femme badass qui se maîtrise complètement. Bien qu’elle apprenne petit à petit à s’accepter, il y a toujours quelque chose qui va venir la faire douter d’elle-même ou du bien fondée de sa quête, ne la rendant que plus humaine. Elle va aussi des choix malhonnêtes, ce qui lui donne un côté anti-héroïne plutôt intéressant.

Il y a aussi d’autres personnages qui vont transiter autour de Vesper. Ils sont tous différents, et il est intéressant de voir ce qu’ils apportent à Vesper au cours de l’histoire.
Sam, en particulier, occupe pour moi une place particulière. Il se révèle petit à petit au cours du roman. On en sait d’abord très peu de lui, mais je lui ai tout de suite accordé ma confiance, tout comme Vesper. Il arrive dans le roman en même temps que les combats illégaux auxquels Vesper va prendre part. Pour une fois, c’est l’héroïne principale qui y participe, et est coaché par les hommes de ce roman. L’autrice y insère bien sûr l’utilisation des divers pouvoirs, mais aussi des techniques de différents arts martiaux. Ces combats underground contribuent à l’ambiance plutôt noire et lourde du roman.
Sam va se révéler d’une aide nécessaire pour elle, mais va amener dans sa vie son bagage pas vraiment joyeux. La romance se met petit à petit en place, mais elle ne prend pas le pas sur le reste du roman. Elle va d’ailleurs se révéler complexe, au vu de ce que Sam a demandé à Vesper si il l’aide à gagner les combats.

Le roman est dynamique et alterne entre action et pauses permettant à l’autrice d’insérer quelques rebondissements dans la trame de ce dernier.
Pour moi, le livre aurait pu se terminer ici. Pas besoin d’un second tome. La fin répond à l’ensemble de nos questions, elle n’est pas précipitée mais elle est assez ouverte pour laisser libre court à notre imagination ! Nous aurons cependant un deuxième tome pour continuer à suivre nos personnages principaux. Espérons qu’il soit aussi bon que ce dernier.