lundi 22 octobre 2018

The Gravity of Us - Brittainy C. Cherry [Elise]



New AdultRomance

VF Lu en Vf
VO The Gravity of Us
1E Narrateur: 1ière personne
2P Nombre Narrateurs: 2 personnages
NNE Dernier tome


Resume
Si tout les oppose, vont-ils parvenir en dépit de leurs différences, à se comprendre, et chacun, à livrer à l'autre ses secrets ?

C'est une histoire de deuil et d'amour. Ce sentiment qui embrase les êtres humains et réduit leur coeur en cendres. L'alpha et l'oméga de chaque voyage.

Lucy perd sa mère à 18 ans, la laissant elle et ses deux soeurs aînées orphelines.

Lorsqu'elle emménage, quelques années plus tard, avec la cadette Mary et son époux, à Wauwatosa dans le Wisconsin, elle rencontre, Graham, mi-écrivain mi- artiste, qui vient lui, de perdre son père.

Ils n'étaient pas faits l'un pour l'autre.

Moi je rêvais. Pour lui la vie n'était qu'une succession de cauchemars.

Il nous arrivait de partager de brefs instants au cours desquels nous étions sur un petit nuage, quand la réalité nous heurtait de plein fouet, et nous forçait à redescendre sur terre. Cependant, si l'occasion m'était accordée de tomber, une fois encore, je tomberais avec lui pour toujours.

Même si nous devions, inéluctablement, nous écraser au sol.


COUP DE FOUDRE.

"The Gravity of Us" est sans conteste le meilleur tome de la saga "The Elements" ! A vrai dire, j'avais été extrêmement déçue par le tome précédent qui était "The Silent Waters" et c'est pour cette raison que j'avais laissé de côté ce dernier tome. Pourtant, quelle bonne idée j'ai eu de le lire malgré tout !

Pour tout vous dire, j'ai rarement lu un roman aussi rapidement ! Il fait 376 pages et je l'ai pourtant lu en à peine une journée tellement je ne pouvais plus le lâcher ! Ce roman s'est révélé être une véritable addiction pour moi dès les premières pages !

« L’air au-dessus de ma tête, la terre sous mes pieds, le feu en moi et l’eau tout autour. »


Dès le début, j'avais déjà envie de pleurer tellement c'était touchant et poignant. C'est à cet instant que j'ai compris que je ne ressortirais pas indemne de cette lecture. Les mots de Brittainy C. Cherry sont si beaux, si poétiques, si criants de vérité ... Je l'ai souvent comparée à Colleen Hoover (qui est pourtant mon auteure préférée) parce que je trouve que ces deux femmes se ressemblent beaucoup dans leur plume et dans leur façon d'écrire des histoires toujours atypiques avec un brin de poésie.

Je dois souligner un point qui est primordial vis à vis de ce roman. Oui, il est classé comme étant une New Romance, oui, il y a un beau mec torse-nu sur la couverture mais vous voulez que je vous dise ? A 100 pages de la fin, aucun baiser n'avait encore été échangé, il n'y avait toujours pas eu de scène de sexe et les personnages se vouvoyaient toujours. Vous avez déjà vu ça souvent vous dans de la New Romance ? Moi jamais. C'est en cela que ce roman est extrêmement fort. Parce que c'est justement le fait que la relation entre Lucy et Graham se contruise pas à pas, tout en douceur qui a crée l'addictivité que j'ai ressenti vis à vis de leur histoire. Parce que Brittainy C. Cherry a bien compris que ce n'était pas nécessaire de mettre des scènes de sexe à outrance dans un roman. L'amour chez Brittainy C. Cherry passe par les mots, par les gestes, par les émotions ... Elle expose l'amour dans toute sa splendeur, dans toute sa beauté mais aussi dans toute sa dureté et elle ne nous épargne rien.

« Tu n'es pas ma phrase de fin, tu n'es pas mon dernier mot. Tu es seulement un chapitre que j'aimerais pouvoir effacer. »


L'autre tour de force de cette incroyable auteure c'est d'arriver à me donner envie de pleurer tout en me faisant rire. Parce que oui, certains passages sont tristes mais d'autres sont vraiment très drôles. A ce titre, mon passage préféré est celui de l'exposition organisée par le copain de Lucy où Graham était présent. C'était à se tordre de rire !

Je n'ai pas vu venir la fin même si pourtant après coup je me suis dit "Mais oui, c'est vrai il y avait ces indices-là au début !". Cela montre encore une fois le génie de l'auteur d'arriver à me surprendre jusqu'au bout.

« À l’amour, et à tous les chagrins qui le rendent si lourd. À l’amour, et à tous les battements de cœur qui le rendent si léger. »


La relation de Lucy et Graham est vraiment très belle, toujours dans le respect. Je vous ai d'ailleurs mentionné le fait qu'ils se vouvoient encore à 100 pages de la fin. J'ai lu énormément de romances New Adult mais je dois avouer que c'est la première que je lis où les deux personnages principaux mettent autant de temps à se rapprocher et j'ai adoré ça !

J'ai également beaucoup apprécié le fait que Graham soit un écrivain et que Lucy tienne une boutique de fleurs. Je trouve que ça change des métiers que l'on retrouve constamment dans le New Adult (patron, entrepreneur, assistante etc).

« Sa tristesse se répandait dans mes larmes, et ses larmes exprimaient ma tristesse. »


Vous savez, j'avais mes post-it avec moi durant ma lecture mais je n'en ai utilisé aucun. Parce que si j'avais commencé, j'aurais du en mettre à chaque ligne de chaque page. Parce que du début à la fin, les mots de Brittainy C. Cherry étaient époustouflants et bouleversants. C'est beau, sans en faire trop.

En conclusion, si vous avez une chose à retenir c'est qu'il faut lire "The Gravity of Us" que vous ayez lu les tomes précédents ou non, ce n'est pas grave puisqu'ils sont tous indépendants. Mais à tout prix, lisez-le. Parce qu'au delà d'être le meilleur tome de la saga, c'est aussi l'une des rares New Romance pour laquelle j'ai eu un coup de cœur. Brittainy C. Cherry est une auteure de talent dont je suivrais assidument les prochaines parutions.

dimanche 21 octobre 2018

The Simple Wild - K.A. Tucker [Blandine]



New AdultRomance

VO Lu en VO
VF Titre en VF : The simple Wild
1I Narrateur: 1iere personne
1P Nombre Narrateurs: 1 personnage
NNE StandAlone


Resume
Calla Fletcher wasn't even two when her mother took her and fled the Alaskan wild, unable to handle the isolation of the extreme, rural lifestyle, leaving behind Calla’s father, Wren Fletcher, in the process. Calla never looked back, and at twenty-six, a busy life in Toronto is all she knows. But when Calla learns that Wren’s days may be numbered, she knows that it’s time to make the long trip back to the remote frontier town where she was born.

She braves the roaming wildlife, the odd daylight hours, the exorbitant prices, and even the occasional—dear God—outhouse, all for the chance to connect with her father: a man who, despite his many faults, she can’t help but care for. While she struggles to adjust to this rugged environment, Jonah—the unkempt, obnoxious, and proud Alaskan pilot who helps keep her father’s charter plane company operational—can’t imagine calling anywhere else home. And he’s clearly waiting with one hand on the throttle to fly this city girl back to where she belongs, convinced that she’s too pampered to handle the wild.

Jonah is probably right, but Calla is determined to prove him wrong. Soon, she finds herself forming an unexpected bond with the burly pilot. As his undercurrent of disapproval dwindles, it’s replaced by friendship—or perhaps something deeper? But Calla is not in Alaska to stay and Jonah will never leave. It would be foolish of her to kindle a romance, to take the same path her parents tried—and failed at—years ago. It’s a simple truth that turns out to be not so simple after all.


En ce début d'automne, ce livre sorti à la fin de l’été me donnait particulièrement envie. Une romance au coeur de l’Alaska, un pays hostile mais aux paysages magnifiques et aux hommes et femmes au grand coeur: quoi demander de mieux ? Surtout qu’une fois de plus K.A. Tucker a su conquérir mon coeur te me plonger totalement dans son roman.

Cette fois, pas de New Adult avec des personnages au passé torturé, mais une romance contemporaine dans laquelle tout le monde peut s’identifier aux personnages. Nous faisons la rencontre de Calla, une jeune femme à la vie très active au coeur de Toronto. Elle n’a presque jamais connu son père, un aviateur habitant au coeur de l’Alaska, pays que sa mère a fui quand Calla n’avait que quelques mois, incapable de rester une saison de plus dans cette terre perdue au milieu de nul part. Cependant, quand Calla va apprendre que son père est atteint de cancer, elle va tenter de renouer une relation avec lui. Prête à braver le grand froid, elle va partir à sa rencontre, ne sachant pas par avance que ses retrouvailles avec son père serait plus complexe que prévu, surtout quand Jonah, un jeune aviateur au service de son père, va décider de lui en faire voir de toutes les couleurs.

« What hold does Alaksa have on them? What makes this place worth giving everything else up? »


Ce que j’ai aimé dans ce livre, ce sont les thèmes très communs qui y sont abordés. On parle de maladie, mais aussi de la difficulté pour des parents habitant loin de leurs enfants, à garder une relation correcte et saine. L’auteure aborde aussi le sujet du “choix”. Car choisir c’est renoncer comme aime souvent le dire mon père. Tous les personnages dans ce livre ont dû à un moment de leur vie, choisir entre deux voies, et vivre avec les conséquences de ces dernières. Wren, le père de Calla a choisi de rester en Alaska plutôt que de suivre sa femme, et bien que Calla n’approuve pas ce choix au début du roman, se demandant pourquoi son père a préféré l’Alaska à elle, elle va peu à peu comprendre les réelles motivations de son choix. Calla et Jonah vont d’ailleurs eux aussi faire des choix cornéliens au cours du roman.
J’ai vraiment trouvé ce roman ancré dans le présent et il a vraiment fait écho avec des choses que je pouvais vivre.

Le cadre du roman est une pépite de ce dernier. Bien que je ne connaisse rien de l’Alaska, j’ai eut l’impression d’y être plongé dès les premiers chapitres. Ces grands espaces apportent un vrai souffle d’air frais au roman, tout comme les voyages en avion que vont nous faire vivre les personnages.
L’auteure a réussi à nous montrer les difficultés, même pour une simple petite tâche, que peuvent vivre les personnes qui y habitent, et cela m’a poussé à me remettre en question quand je râle pour le moindre petit retard ou oubli. On se rend aussi compte de la solidarité qui habitent ces personnes.

« I might take risks, but they’re always worth it. »


Les nombreux personnages que nous rencontrons au cours du roman font eux aussi parti du succès de ce roman. Calla, la fille de la ville un peu en décalage avec ce mode de vie, mais qui fait tout son possible pour s’y accommoder. Jonah, le jeune homme bourru au coeur d’or, et à l’âme de bosseur. Wren, le père qui n’a pas toujours sû comment montrer à sa fille à quel point il l’aime. Agnès, la voisine qui a sû prendre soin de Wren, sachant qu’il ne partagerait surement jamais ses sentiments…. et tous les autre, tous différents mais essentiels.

« And just like that, I sense a circle closing. Back to the beginning, and near to the end. »


Pour finir, la romance commence par n’être positionner qu’en toile de fond du roman. Elle n’est d’ailleurs presque jamais positionner en première position, laissant la place à la réunion entre Calla et Wren, et la découverte de l’Alaska par cette dernière. La romance évolue lentement sans être trop longue à s’enclencher. L’auteure prend le temps de placer l’ensemble des éléments nécessaires à la déclaration des sentiments entre Calla et Jonah, et n’accélère jamais les choses. La relation entre ces deux personnages est à la fois douce et piquante. Ils aiment se lancer des piques, et leurs boutades m’ont soutirés un sourire plus d’une fois au coeur de ma lecture.

Pour résumer, si vous aimez les romances, et que vous souhaitez prendre un bon bol d’air frais, foncez ! Pour moi cette romance a été mon petit coup de coeur de ce début d'automne.

vendredi 19 octobre 2018

The Promised Neverland - Kaiu Shirai / Posuka Demizu [Elise]



ComplotFantastique

VF Lu en VF
VO The Promised Neverland
1E Narrateur: 1ière personne
1P Nombre Narrateurs: 1 personnage
NE Suite: The Promised Neverland 2


Resume
Emma, Norman et Ray coulent des jours heureux à l’orphelinat Grace Field House. Entourés de leurs petits frères et sœurs, ils s’épanouissent sous l’attention pleine de tendresse de “Maman”, qu’ils considèrent comme leur véritable mère. Mais tout bascule le soir où ils découvrent l’abominable réalité qui se cache derrière la façade de leur vie paisible ! Ils doivent s’échapper, c’est une question de vie ou de mort !


COUP DE COEUR.

C'est un manga qui ne me tentait absolument pas. Je voyais beaucoup trop d'avis positifs dessus et c'est quelque chose qui m'a plutôt rebutée. Si ma copine Téa (je te remercie encore) ne me l'avait pas offert, c'est un manga que je n'aurais jamais acheté par moi même ! Pourtant, je serais vraiment passée à côté de quelque chose de grandiose et pour cause : je suis ressortie avec un coup de cœur pour ce manga !

Ne vous y méprenez-pas : la couverture un peu trop enfantine pourrait laisser présager une histoire toute douce et toute mignonne avec des enfants mais la réalité est toute autre. C'est d'ailleurs ce qui m'a surprise avec ce manga : l'ambivalence entre la douceur et la naïveté de la couverture en contraste avec l'histoire qui se trouve être parfois très sombre et loin d'être douce et mignonne !

A ce titre, je pense que c'est un manga que j'ai lu à la bonne période et que je recommande fortement en cette période de "presque" Halloween ! C'est également un manga que je recommande aux fans de "Miss Peregrine et les enfants particuliers" de Ransom Riggs ! Je suis une fan inconditionnelle de cette saga et j'ai retrouvé pas mal de similitudes dans "The Promised Neverland". Tout d'abord, le fait de suivre des enfants dans un orphelinat. Ensuite, le fait que les enfants soient sous la tutelle d'une femme qui s'appelle ici "Maman" et qui rappelle "Miss Peregrine" même si attention, les deux femmes sont très loin d'être comparables et vous comprendrez rapidement pourquoi en lisant ce manga ! Une autre similitude que j'ai retrouvé avec "Miss Peregrine et les enfants particuliers" c'est l'aspect sombre et parfois glauque de l'histoire, également l'aspect répétitif et millimétré de la vie des enfants dans l'orphelinat. Enfin, le dernier point commun que j'ai relevé c'est la présence des démons dans "The Promised Neverland" qui m'ont rappelé les Sépulcreux dans "Miss Peregrine et les enfants particuliers". Avec autant de points communs avec une saga que j'adore, je ne pouvais qu'adhérer à l'histoire de "The Promised Neverland" !

Pour conclure, c'est l'un des meilleurs mangas que j'ai lu et je suis à présent impatiente de découvrir la suite ! N'ayez plus peur de vous lancer dans cette saga. Le seul risque, c'est d'en devenir accro.

mercredi 17 octobre 2018

Baby Random - Gaïa Alexia [Elise]



New AdultRomance

VF Lu en VF
VO Baby Random
1E Narrateur: 1ière personne
3P Nombre Narrateurs: 3 personnages
NE Suite: Baby Random 2


Resume
L'imprévu pourrait être sa plus belle surprise !

Il est 10 h 30 quand son patron arrive au café dans lequel travaille Célia. Il lui fait un sourire et l'invite une fois de plus à dîner. Mais Max est Français, et la réputation des Français pour briser les cœurs n'est plus à faire... Quelle excuse va-t-elle pouvoir trouver pour l'éviter ? Et si elle mettait ses préjugés de côté, Célia ne serait-elle pas surprise ? Il est 11 h 05. Célia est debout derrière sa caisse. Il va arriver, elle le sait. Il vient tous les jours depuis un an, toujours à la même heure. Il ne dit pas bonjour, ne sourit pas, ne la regarde pas et commande toujours la même chose. Célia se maudit de n'être qu'une petite serveuse dans le décor de cet homme d'affaires. Pourquoi aurait-il envie de la regarder, après tout ? Et si le sort décidait de se mêler de la vie amoureuse de Célia Fowell et de tout renverser sur son passage telle une tornade dans un magasin de porcelaine ?


Très emballée par la couverture de ce roman que je trouve absolument magnifique et très mignonne, je n'ai pas tardé à commander ce roman dès sa sortie et à le lire directement après réception. Je dois admettre que je ressors assez déçue de ce roman.

Tout d'abord, il faut savoir que j'ai failli abandonner ce roman au bout de 18 pages. Pourquoi ? Pour la correction catastrophique de la part de Hugo Roman. J'avais pour ainsi dire l'impression de lire une épreuve non-corrigée. En effet, le principe des incises n'est absolument pas respecté. La règle numéro un d’une incise dans un dialogue c’est l’inversion sujet/verbe. Sachez que cette règle n’est respectée à AUCUN moment dans le roman ! J’ai failli abandonner ce roman à cause de ça alors que je sais que ce n’est ni la faute de Gaïa Alexia ni la faute de son histoire mais je dois dire que j’ai peiné à m’accrocher à ce roman à cause des incises non respectées.

Partant de là, j'admets que cela ne m'a pas donné une bonne image du roman. D'autant plus qu'il y a un triangle amoureux dans cette histoire et que c'est quelque chose dont je suis loin de raffoler dans les romans. J'ai un peu peur que l'histoire tourne un peu trop en rond à ce niveau-là dans les prochains tomes puisque je ne vois pas ce qu'il y a de plus à raconter pour faire deux tomes supplémentaires à part nous faire tourner en bourrique à savoir si Célia va finir avec Roman ou avec Max. Ceux qui apprécient les triangles amoureux n'y verront pas de problème, par contre si vous êtes assez réticents comme moi ce n'est pas une histoire que je vous recommande.

Concernant les personnages, j'ai trouvé l'héroïne un peu trop naïve. Je veux dire, elle a vingt ans passés mais elle savait à peine ce qu'était la "perte des eaux". De plus, à un moment dans l'histoire elle se retrouve en difficulté toute seule et au lieu de commencer par appeler les secours, elle appelle les deux garçons qui ne répondent pas évidemment et elle dit : "Je suis seule". Je n'ai pas compris la logique de ne pas appeler les secours en premier mais bon passons.

Pour ce qui est des deux garçons, je dois admettre que ni l'un ni l'autre ne m'a fait réellement de l'effet. Ils m'ont laissé totalement indifférente et avaient plus le comportement de deux enfants que de deux adultes responsables.

La fin de ce tome n'est pas exceptionnelle mais j'ai tout de même noté la date de sortie du tome 2 dans mon agenda même si je n'en ferais clairement pas une priorité.

J'ai souligné beaucoup de points négatifs mais globalement c'est quand même un roman que j'ai lu très rapidement, qui reste addictif et qui m'a fait passer un bon moment de lecture après les cours. Il a rempli son job : me faire décompresser après une journée de cours et je ne lui en demandais pas davantage. Je lirais probablement la suite.

dimanche 7 octobre 2018

Mirage - Somaiya Daud [Blandine]



FantaisieYoung Adult

VO Lu en VO
NVF Non traduit
1I Narrateur: 1iere personne
1P Nombre Narrateurs: 1 personnage
NE Pas de titre


Resume
In a star system dominated by the brutal Vathek empire, eighteen-year-old Amani is a dreamer. She dreams of what life was like before the occupation; she dreams of writing poetry like the old-world poems she adores; she dreams of receiving a sign from Dihya that one day, she, too, will have adventure, and travel beyond her isolated moon.

But when adventure comes for Amani, it is not what she expects: she is kidnapped by the regime and taken in secret to the royal palace, where she discovers that she is nearly identical to the cruel half-Vathek Princess Maram. The princess is so hated by her conquered people that she requires a body double, someone to appear in public as Maram, ready to die in her place.

As Amani is forced into her new role, she can’t help but enjoy the palace’s beauty—and her time with the princess’ fiancé, Idris. But the glitter of the royal court belies a world of violence and fear. If Amani ever wishes to see her family again, she must play the princess to perfection...because one wrong move could lead to her death.


Ce roman, j’aurais tant voulu l’aimer. Sa couverture violet et or, ainsi que son résumé me promettaient de l’action, des complots et une romance aux allures complexes. Malheureusement je n’ai rien trouvé de tout cela…

Dès les premières pages nous sommes plongé dans la vie de Amani, une jeune paysanne qui essaie de survivre à l’occupation Vartek, comme toute sa famille et son village. Sa vie va basculer sous nos yeux lorsqu’elle va être emmené au palais où siège la famille royale, afin de servir comme double de la princesse héritière. Cette dernière est menacée de mort par le peuple occupé, tout comme son peuple d’origine, et elle ne veut prendre aucun risque lorsqu’elle va devoir faire ses apparitions publiques.

Le début du roman est très prenant. On est rapidement mit au fait sur la difficulté de survivre sous l’occupation de ce peuple qui a assouvit des civilisations entières. Amani est obligé d’oublier sa langue maternelle, tout comme les mythes qui ont bercés sont enfances. Le monde qui nous est présenté est un mélange des milles et une nuit et de science fiction. Il peut être vite facile de se perdre entre les planètes et lunes dont on nous parle, mais l’auteure ne va pas faire voyager ses personnages dans de multiples endroits, afin de nous faciliter la tâche. On sent cependant que ce monde est vaste et bien construit. Je dois admettre que la partie science fiction m’a quand même surprise, et pas forcément en bon. Je n’aurais pas moins aimé le roman s’il s’était déroulé dans une vaste contrée désertique.

Les points positifs s’arrête ici. Dès lors qu’Amani commence s’habituer à sa présence au palais, tout va commencer à se dérouler très rapidement. On saute des parties que je pense auraient été essentiels au bon développement de l’intrigue. J’ai presque eu l’impression que du jour au lendemain, Amani trouvait sa présence au palais plaisante, et que la princesse exécrable qui l’avait maltraité à son arrivé, était devenu sa meilleure amie. J’exagère sans doute, mais mon ressenti s’en apparente. La romance elle aussi est bâclée. Une première rencontre sous tension, mais dès la deuxième, un poème et c’est dans la poche, les deux tourtereaux sont amoureux et ne pensent même pas aux conséquences. Je m’étais attendu à bien plus de challenge, à un premier combat des personnages contre leurs sentiments, avant qu’ils ne soient obligés de se cacher pour se voir…. mais je n’ai rien eut de tout cela.

Le challenge, Amani n’en a pas non plus beaucoup tout au long du roman (ou tout du moins jusqu’aux trois quarts, là où j’ai arrêté ma lecture). Le résumé nous parle d’attentat à la vie de la princesse qui risquent de mettre en péril celle d’Amani. Et bien, rien de tout cela pendant 250 pages ! Non, non, tout est très facile pour la jeune femme, qui passe les étapes sans problèmes. Personne ne semble la reconnaître, dans le cas contraire, tout le monde l’accepte, et quand elle demande quelque chose à la princesse, elle l’obtient sans que cette dernière ne se pose une quelconque question. Bref, je me suis ennuyée à partir de la 50 pages, jusqu’à ce que je décide de m’arrêter ici, et que plus rien en pourrait me convaincre d’aimer ce roman.

Ce avis est bien sûr totalement subjectif, mais pour un livre que j’aurais tellement aimé adorer, je me suis bien plus déçue que si je ne m’étais attendu à rien de cette lecture.

lundi 17 septembre 2018

The Brightest Stars - Anna Todd [Blandine]



New AdultRomance

VO Lu en VO
NVF Non traduit
1I Narrateur: 1iere personne
1P Nombre Narrateurs: 1 personnage
NE Suite: Pas encore de titre


Resume
Karina knows the harsh realities of military life. And like anyone who has grown up around an army base, she knows the background noise that follows a soldier home from war. That's why she's forging her own quiet life in her own little house. But she hasn't turned her back on her family. She's the glue that holds them together--when her father is deployed, when her brother, Austin, has another brush with the law.

Karina knows that she has to look after herself, that she can't always fix what's broken. But when Austin's behavior worsens and her father's reactions grow more extreme, Karina feels her own edges beginning to fray. That's when she meets him--a closed book she's desperate to open.

At just twenty, Kale is a handsome, brooding soldier struggling with the aftermath of two tours in Afghanistan. He's emotionally damaged and closed off. Quiet doesn't begin to describe him. But as Karina gets used to his stable presence, she finds it hard to ignore the way he makes her feel. In their time together, she finds the stillness she has always wanted and never found. She lets down her guard. And she lets herself fill in the blanks about this mysterious man.

But illusions quickly made are quickly shattered. That's when Karina has to find her own courage--to untangle the truth from the lies, and decide what she's going to do about it.


English Review


I received an ARC of this book for an honest review. I was happy to discover the author in a New Adult book. Unlike After, here the characters are much more mature, and you won’t find all the “I love you, I don’t love you, I love you, etc….” that I really didn’t like in the After series. I think that’s not only the age of the characters that bring this more mature atmosphere, it’s also the military context in which the characters evolve. Some of them have lived some brutal events, and others didn’t had a smooth childhood.

In this book, we follow Karina a independent woman that despite all her insecurities, wants to prove to her family that she can live alone. It’s really easy to feels connected with her, and I was feeling very close to her in the book. Then there is Kael, a mysterious man with many secrets. What I like when he arrives in Karina’s life, is that at first she doesn’t think about how beautiful he is. For once, the female character doesn’t focus on the appearance of the man ! On the contrary, the first thing she thinks about is how he doesn’t speak a lot, as if he were shy. There is a chemistry between the two characters, but I like that Kael keep some mysteries for himself and stay unpredictable.

The first part of the book was very good, but then, I had some difficulties to read it and to keep being interested by it. First, I think that the chapters are too smaller. For example, the first party Kael and Karina attends together seems to last three quarters of the book and because there is at least ten chapters for this party. I was cut in my reading by the end of each chapters, because for me a chapter ends an action or an event, but it wasn’t the case here. On the other hand, some events were too quick. For instance, the reader didn’t witness some major events in the relation between Kael and Karina, we just had one or two sentenced to summarize it for us. The romance two was a little bit quick. I would have love to see some difficulties at the start of their relation, but even if they knew each other for four days, they fall in each other arms without doubts. Fortunately, the difficulties comes at the end of the book, with a little twist.

To finish, it was a good read, but the negative points keep it from being a great read.


J’ai reçu ce livre de la part de l’éditeur en échange d’une chronique honnête. Depuis ma déception avec le tome 2 d’After Anna Todd, je ne m’étais pas intéressée aux dernière sorties de l’auteure. Cependant, quand on m’a proposé de découvrir sa dernière sortie New Adult, j’ai eut envie de lui redonner sa chance. J’avais en effet beaucoup aimé la lecture du premier tome d’After, c’était la jeunesse des personnages et les je t’aime moi non plus du deuxième qui m’avaient rebutés. Alors avec du New Adult, je me suis dit que j’avais sans doute moins de chance d’être déçue.

Dans ce roman, on change totalement d’ambiance par rapport à After, car nous somme plongé dans la vie des militaires, à travers les personnages de Karina et Kael. La première, masseuse et fils d’un militaire haut gradé, mène une vie assez indépendante loin des tumultes de la guerre. Sa rencontre avec Kael, un jeune homme mystérieux venant tout juste de revenir d’une zone de conflit, va chambouler sa vie tranquille. Secret, pas bavards mais rassurant et beau à tomber, la jeune femme va rapidement tomber sous son charme, sans savoir que rien ne sera plus comme avant.

J’ai beaucoup aimé le contexte plus “adulte” de ce roman. Ce n’est pas seulement l’âge des personnages qui en sont la raison, mais le contexte militaire qui apporte beaucoup plus de sérieux. Les personnages sont réfléchis, ils n’agissent pas sur un coup de tête, et ne se battent pas comme des enfants (oui, pas de “je t’aime, je ne t’aime plus, je t’aime, etc…. toutes les cinq pages !). J’ai rapidement accroché avec Karina, cette jeune femme plein d’insécurité qui veut prouver à tout le monde - mais surtout à son père - qu’elle peut être indépendante. J’ai aimé découvrir son travail de masseuse, et son quotidien avec les patients, que ce soit ceux qu’elle connait, ou les nouveaux.
Kael lui aussi est intéressant. Dès son apparition dans le roman, il est singulier. Certes, il est beau, mais pour une fois le personnage féminin ne se concentre pas sur cet aspect physique dès qu’elle le rencontre. Elle - tout comme nous - va plutôt être étonnée par son silence, et ce qui s’apparent presque à de la timidité, sous couvert de mystère. Bien qu’on apprenne un peu plus à le connaître au fur et à mesure du roman, il ne se dévoile pas trop vite, et va garder une part d’imprévisibilité.

Cependant, malgré ces points positifs, ma lecture n’a pas été sans accroche. J’ai trouvé que les romans étaient très courts. Ils font parfois trois pages, et le chapitre suivant se déroule directement à la suite du premier. Je peux prendre comme exemple une soirée à laquelle Kael et Karina vont se rendre. Je pense qu’elle dure au total 10 chapitres. Ce découpage m’a dérangé parce que le début de chaque chapitre coupait “l’action” du roman. J’avais l’impression que tout était saccadé, et que cette soirée a duré pendant plus des trois quarts du roman, alors que cela n’a pas été le cas. A contrario, certaines actions se déroulent bien trop vite. En deux phrases, on apprend que x jours sont passés et que Kael et Karina ont vécus des événements que je jugeais important dans leur relation. J’aurais préféré “vivre” ces événements plutôt que d’en avoir un résumé en quelques mots.
La romance pâtit donc de cette rapidité. Alors que je m’attendais à trouver du défis, je n’en ai pas au début de cette dernière. D’un seul coup, le mystérieux Kael va se débrider et se lancer dans une relation amoureuse, alors qu’une heure avant il semblait réticent, et que les deux personnages ne se connaissent que depuis trois ou quatre jours…. Malheureusement, je n’ai pas trouvé cela très crédible.

Heureusement, la fin du roman rattrape ces mauvais points, avec un petit retournement de situation. Cependant, ce ne sera pas assez pour que je puisse considérer ce livre comme un coup de coeur.

vendredi 14 septembre 2018

Alex, Approximately - Jenn Bennett [Blandine]



RomanceYoung Adult

VO Lu en VO
NVF Non traduit
1I Narrateur: 1iere personne
1P Nombre Narrateurs: 1 personnage
NNE StandAlone


Resume
The one guy Bailey Rydell can’t stand is actually the boy of her dreams—she just doesn’t know it yet.

Classic movie fan Bailey “Mink” Rydell has spent months crushing on a witty film geek she only knows online as Alex. Two coasts separate the teens until Bailey moves in with her dad, who lives in the same California surfing town as her online crush.

Faced with doubts (what if he’s a creep in real life—or worse?), Bailey doesn’t tell Alex she’s moved to his hometown. Or that she’s landed a job at the local tourist-trap museum. Or that she’s being heckled daily by the irritatingly hot museum security guard, Porter Roth—a.k.a. her new archnemesis. But life is a whole lot messier than the movies, especially when Bailey discovers that tricky fine line between hate, love, and whatever it is she’s starting to feel for Porter.

And as the summer months go by, Bailey must choose whether to cling to a dreamy online fantasy in Alex or take a risk on an imperfect reality with Porter. The choice is both simpler and more complicated than she realizes, because Porter Roth is hiding a secret of his own: Porter is Alex…Approximately.


Voici une romance que j’ai commencé un peu par hasard après avoir lu un bon avis positif. Bien que le résumé ne présageait rien de très différents des romances Yound Adult habituelles, j’ai été totalement surprise par la façon dont cette histoire m’a captivée, au point de lire pendant des heures d'affilée et de repousser l’heure du couché pour le terminer, quelque chose qui n’était pas arrivé depuis bien longtemps.

« Sometimes you have to endure painful things to realize that you're a whole lot stronger than you think. »


Dans ce roman nous suivons Bailey, une grande fan de cinéma qui communique depuis plusieurs mois sous le pseudonyme de Mink avec Alex. Le courant passe très bien entre eux, alors quand elle va retourner vivre avec son père, qui lui-même habite dans la même ville qu’Alex, elle va cacher à ce dernier sa venue afin de pouvoir le chercher en cachette, et voir si leur alchimie opère aussi bien quand ils sont face à face que chacun derrière leur écran. Cependant, son été et cette recherche ne va pas se passer comme prévue, en particulier quand Porter va faire irruption dans sa vie.

Je pense que je vais commencer avec le seul point faible du roman: les discussions entre Alex et Mink bien trop courtes et peu présentes à mon goût. Difficile en à peine une page tous les trois chapitres de comprendre la relation qui les unie. L’auteure à travers Bailey nous dit qu’ils ont passés des soirées à regarder des films à distance, ou à discuter de divers films, mais on ne les “voit” jamais le faire tout au long du roman. Pour moi c’est le seul bémol du roman, mais il m’a suivi un bon bout de temps au cours de ma lecture.

« Can you miss someone you see almost every day?»


On continue avec le positif: les personnages de Bailey et Porter. Ils sont aux antipodes, et pourtant ils vont tellement bien ensembles. Bailey est la jeune femme pas vraiment sûr d’elle, et à qui une expérience assez traumatisante de son adolescence a laissé une trace sur son comportement vis-à-vis des autres. Elle a besoin d’un cadre, d’être rassuré et prend les choses comme elles viennent. Porter à l’inverse, est - au premier abord - le surfeur que tout le monde connaît, et qui sait jouer de ses charmes. Il sait que peu de filles lui résistent et il en joue. Il a aussi un caractère assez bien trempé, qui va faire des étincelles avec celui de Bailey. Et c’est là que tout devient intéressant. Au début, on s’amuse de leurs disputes. Elles nous font rire, même lorsqu’elles sont infondées. Puis on regarder cette anémie se transformer en quelque chose de plus intense. Certes leur couple va se former plus rapidement que ce que j’aime habituellement, mais étrangement cela ne m’a pas dérangé. Il faut dire qu’ils vont avoir du mal à trouver le temps de passer de se voir, surtout quand des évènements inattendues vont se dérouler.

« The entire time they’re talking, I can’t tear my eyes away from Porter. What I’m feeling for him now is like drowning and floating at the same time. »


Je ne vais pas vous cacher que le roman reprend la trame de beaucoup de romances YA et qu’il n’y a rien d’absolument surprenant dans cette lecture. Les évènements qui surgissent n’ont rien d'extraordinaire quand on y regarde de plus près, et on pourrait parfois être tenté de lever les yeux au ciel. Cependant, la mayonnaise a pris avec moi, car je ne suis pas arrivé à le lâcher, surtout à partir de la moitié. L’auteure aborde divers sujets comme celui de la famille, de l’amitié et des difficultés de cette dernière, tout comme des destins brisés, mais elle le fait avec beaucoup de messages positifs et d’espoir.

C’est donc un roman doudou que je vous recommande, surtout avant que la période hivernale n’arrive.